Scuba Sarah

Sarah Gauthier, mieux connue sur Instagram sous le nom de Scuba Sarah, est une plongeuse de 26 ans qui a pour vision de changer le monde la façon dont nous percevons notre environnement. Et elle souhaite que tout le monde, en particulier les plongeurs, fassent leur part pour aider! Pour aider à sensibiliser la population sur les océans et leur état actuel, Scuba Sarah a décidé de faire une tournée des 7 continents. Elle a déjà visité six d’entre eux et envisage maintenant de partir pour l’Antarctique dans un avenir proche!

De modestes débuts

Scuba Sarah a commencé à plonger il y a des années lorsqu'elle a aperçu un dépliant publicitaire dans son université à Montréal. Sa mère était également déjà plongeuse, ce qui rendait l'offre encore plus séduisante. En écoutant les belles histoires que sa mère lui avait  racontées, elle a profité de l’occasion pour obtenir son certificat de plongeur PADI Open Water afin de pouvoir devenir officiellement le compagnon de plongée de sa mère! Son premier vrai voyage de plongée a été à Hawaii, mais elle a d’abord plonger aux Québec pour y tester les eaux.. Au début, la plongée sous-marine n'était qu'un moyen excitant pour Sarah d'explorer le monde, comme c'est le cas pour la plupart d'entre nous. Elle a ensuite terminé son IDC au Honduras et est devenue officiellement une instructrice.

Il y a trois ans, alors qu'elle vivait à l'étranger, en Indonésie, Sarah a découvert un moyen de tenir sa famille et ses amis au courant de ses expéditions de plongée. En bloguant et en documentant ses expériences, elle a pu garder tout le monde au courant, tout en conservant un moyen de se souvenir de tous les détails amusants de chaque plongée, voyage et moment.

Sarah_scuba

Grand Caïman

Au fur et à mesure que Sarah acquérait de l'expérience, la plongée devenait une chose complètement différente pour elle. Lors de sa tournée à Grand Cayman, elle a pu constater l’impact de la pollution sur nos récifs et nos océans. Elle a réalisé l’ampleur de la situation et elle est depuis lors en mission pour sensibiliser à ce qu’elle a vu. Malheureusement, Grand Caïman est loin d’être le seul endroit où les plages sont jonchées de plastique et d’autres déchets. Les problèmes environnementaux ne se limitent pas à une région du monde. C’est ce que Sarah avait à l’esprit quand elle a eu l’idée de faire passer le mot quant à la propreté de la planète.

Au début, son idée de parcourir les 7 continents était plutôt un objectif personnel. Quelque chose dont elle pourrait parler lorsqu'elle se trouve sur un bateau de croisière ou à ses amis chez elle. Tout cela a changé quand elle a découvert que PADI était en train de filmer des images à Grand Cayman. Un de ses amis proches a alerté certains producteurs PADI sur le projet qu'elle prévoyait, ce qui les a amenés à la contacter. PADI a pu diffuser le message de Sarah comme une traînée de poudre, ce qui a permis à son voyage de devenir une sorte de phénomène culturel. Les gens ont aimé son message.

Lorsque la vidéo de PADI mettant en vedette Sarah est sortie, les gens se sont mis à parler. Elle a pu obtenir la plate-forme qu'elle a aujourd'hui grâce à cette publicité et à son propre réseau. En discutant avec des clients dans des complexes de villégiature, sur des bateaux et partout ailleurs, Sarah a naturellement accru sa présence en ligne.

Il y a trois ans, alors qu'elle vivait à l'étranger en Indonésie, Sarah a découvert un moyen de tenir sa famille et ses amis au courant de ses expéditions de plongée. En bloguant et en documentant ses expériences, elle a pu garder tout le monde au courant, tout en conservant un moyen de se souvenir de tous les détails amusants de chaque plongée, voyage et moment.

Philosophie personnelle

Sarah n'est pas devenue une figure de la plongée pour rien. Elle a une philosophie personnelle forte et elle la garde à l'esprit chaque fois qu'elle voyage et met à jour ses connaissances. Elle pense que le meilleur moyen de résoudre les problèmes environnementaux rencontrés à l'étranger est de donner l'exemple. C’est à chacun d’entre nous de prendre en charge la lutte contre la pollution. C’est quelque chose que nous ne pouvons plus laisser à la prochaine génération parce qu’il faut arrêter de déléguer ses problèmes et les prendre en main sans quoi ils ne font qu’empirer. Sarah pense également qu’au lieu de montrer des tortues mortes, des plages polluées ou d’autres images très négatives, nous devrions montrer le positif, cela aura un meilleur impact. Montrez nos magnifiques récifs, nos épaves et notre faune, des choses que seuls les plongeurs peuvent découvrir, et vous aurez une meilleure chance d’amener les gens à changer leurs habitudes de gaspillage. Bien que nous ne devrions pas ignorer les aspects négatifs, il s’agit de ne pas culpabiliser les gens pour les dégâts causés. Montrez ce qui doit être protégé et les gens se sentiront plus en mesure de faire la différence.

scuba-sarah-fin

Six continents de visités, il n’en reste plus qu’un!

Sarah est revenue de la première étape de son aventure il y a quelques semaines à peine. Son expérience préférée est que chaque endroit qu’elle visite est spécial et a ses propres caractéristiques.. De 3ºC à 32ºC, de la combinaison étanche au bikini, chaque expérience était différente. La vie marine était à couper le souffle, et les gens étaient hospitaliers et chaleureux. Cette expérience lui a montré que, même si cela semble dérisoire, peu importe la couleur de votre peau, votre religion ou vos antécédents, les gens ont tous les mêmes objectifs en tête en ce qui concerne l'environnement. C’est un problème global qui touche tout le monde et rassemble parce que de toute manière, ce n’est qu’ensemble que nous arriverons à sauver notre planète. Toute la communauté des plongeurs sait que les effets du changement climatique et de la pollution sont à l’opposé de la philosophie de notre sport. Partout où Sarah prenait son message, les gens étaient réactifs. Son exemple préféré était quand elle était en Égypte. Seule femme sur le bateau, elle a su capter l'attention de tous les hommes à bord grâce à ses récits et à sa philosophie.

Le plus grand défi auquel elle a été confrontée lors de son voyage était d'être seule. Elle a ressenti le besoin de se lancer seule dans cette aventure pour prouver qu'une femme peut vraiment faire la différence. Ce n’était pas toujours aussi facile qu’elle le laisse croire à ses partisans. Ce qui lui a le plus marqué est la quantité d’adaptation qu’elle doit faire. Le temps, le climat, l’environnement, les gens et plus encore n’ont pas facilité la tâche de changer complètement. C'était très fatiguant, mais certainement utile.

Voir le positif dans chaque situation était également difficile. Elle prêche de montrer ce qu’elle a de beau, mais il est difficile de ne pas se décourager quand on voit les dégâts de face. Certains jours, elle ne savait pas si son voyage en valait la peine, mais ce qui faisait toute la différence, c’était le soutien constant de ses amis, de sa famille et, surtout, d’étrangers. Recevoir des messages sur différentes plateformes de médias sociaux pour l'encourager est ce qui a permis à Sarah de se lever du lit les jours où elle était découragée.

La plongée était presque aussi difficile que le voyage lui-même. Bien que Sarah ait beaucoup d'expérience en tant qu'instructrice, ses plongées n'ont pas toutes été faciles. En Islande, elle a eu du mal à ne pas toucher une cheminée sous-marine avec sa combinaison étanche volumineuse. En Indonésie, elle a eu des situations d'urgence. Mais ça revient aux implications d’une bonne journée de travail. Cela ne l’a pas arrêtée même une seconde.

Sarah se rendra bientôt en Antarctique.

Comment les plongeurs peuvent aider?

Sarah pense que les plongeurs peuvent aider à changer la perception de la pollution, ainsi que le problème lui-même. Elle a donné quelques conseils sur la façon d'aider l'environnement. La règle la plus importante est de donner le bon 'exemple. Elle a expliqué que nous sommes privilégiés de pouvoir voir aussi intimement le monde qui se cache sous les flots et que justement nous devrions, nous les premiers, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le préserver.. Deuxièmement, ne touchez à rien pendant la plongée! Cela peut sembler une règle simple, mais c’est une règle en or. Troisièmement, ramasser les ordures quand vous les voyez. Que vous soyez sur la plage ou que vous voyiez quelque chose d’étrange qui flotte, attrapez-le. C’est facile et vous aidera même s’il ne s’agit que d’une seule pièce de plastique. Et enfin, essayez de changer votre style de vie quotidien. Utilisez une brosse à dents en bambou et réduisez votre consommation de plastique inutile comme les pailles, les sacs en plastique, etc. Ce sont des changements faciles, et les alternatives deviennent de plus en plus populaires. Cela réduira les déchets et suscitera la conversation!

Scuba Sarah n’est peut-être qu’une personne en mission de sensibilisation, mais elle propage son message dans le monde et veut que vous l’aidiez. En tant que plongeurs, nous vivons l’eau comme personne d’autre. Nous devrions donc être ceux qui mènent la lutte contre la pollution en partageant nos expériences, nos conseils et d’autres informations. Il faudra un effort de groupe, mais qui de mieux que les plongeurs pour apporter les changements indispensables.

Qui est Total Diving

Depuis 1975, Total Diving continue de fournir des services exceptionnels à la communauté de la plongée sous-marine. Nous sommes les leader au Canada en plongée et nous sommes le détaillant numéro un d’Aqua Lung et d’Apeks depuis quatre ans. Notre boutique en ligne vous fournit tout ce dont vous avez besoin, sans avoir à passer par notre boutique à Montréal. En tant qu’école de plongée, nous enseignons avec attention à nos étudiants et, en tant que centre de développement de carrière PADI de renommée mondiale, nous formons des instructeurs et divemasters exceptionnels. Restez au courant des actualités, des produits et de la communauté

Christina Papageorgakopoulos
Commentaires
r
14 Feb 2019
Renée
Merci de ce résumé sur le voyage de Scuba Sarah . Cet article est très représentatif de ce qu’est Sarah et il met en lumière tous les efforts qu’elle met dans ce projet qui, je suis persuadée, aidera hors de tout doute, la Terre.
Laisser un commentaire