La plongée sous-marine : un sport ou simple activité physique?

Un débat a eu lieu récemment entre deux groupes de personnes, à savoir si la plongée était un sport ou une activité physique. Certains ne se fiaient qu’à la définition du dictionnaire Larousse alors que d’autres avaient une vue plus large sur la chose. Il est vrai que si l’on se fie uniquement à la définition du Larousse, on peut affirmer que la plongée n’est qu’une « simple » activité physique puisqu’aucune compétition n’existe dans le domaine. Cependant, ne considérer que cette définition pour déterminer un sens précis et unique est un peu réducteur et simpliste. Il y a beaucoup plus d’aspects à considérer pour trouver une réponse faisant consensus…

L’activité physique est simplement le fait de bouger dans le but d’augmenter sa dépense énergétique. Une simple marche dans le quartier, une balade en forêt et même passer l’aspirateur sont des activités physiques de faible ou moyenne intensité.

Quant à lui, le sport est une activité physique spécialisée et organisée dans laquelle, habituellement, on recherche un objectif à atteindre, seul ou en groupe, et dans un cadre ludique ou compétitif. Il doit y avoir respect de règles à l’intérieur du cadre organisationnel. On peut aussi affirmer que pour qu’il y ait sport, il doit y avoir l’utilisation de différentes stratégies pour réussir à atteindre l’objectif visé. Par le fait même, le sportif  doit faire appel à des connaissances cognitives et des prises de décision lors de l’activité.

On peut donc dire qu’un sport est une activité physique, mais que toute activité physique n’est pas nécessairement un sport. Au même titre, si un carré est un rectangle, on ne peut pas dire qu’un rectangle est un carré.

Quiconque a déjà suivi un cours de plongée sous-marine se rend rapidement compte qu’il existe un cadre très rigide à respecter  et que les règles de conduite et de sécurité sont omniprésentes. Chaque plongée demande une gestion du matériel, une vérification minutieuse de l’équipement et, surtout, une très grande planification en vue de ce qui se passera sous l’eau.

Passons à la dépense énergétique… Il est vrai que ce n’est pas la plongée sous-marine qui améliorera vous endurance cardiorespiratoire. Cependant, elle pourra avoir une influence positive sur votre endurance musculaire.  Le simple fait de transporter son équipement constitue une dépense énergétique importante. Lors des plongées, les jambes sont habituellement beaucoup sollicitées. Le fait aussi de soumettre son corps à des pressions allant de 1 à 5 atmosphères (plongées loisir seulement) demande un effort du corps. Il ne faut pas non plus oublier l’énergie dépensée par le corps simplement pour maintenir une température de 37C. La déperdition thermique est très importante même en combinaison étanche (dry suit). Finalement, la respiration lente et profonde que l’on  pratique sous l’eau se compare avantageusement à toutes les techniques de relaxation déjà existantes et qui aident à détendre le corps.

Même si l’objectif premier de la plongée sous-marine est de couler, un des premiers exercices demandés lors qu’on débute est de nager une distance de 200m sans assistance. Si l’on poursuit nos formations, on nous demandera de remorquer un nageur sur 100m, nager 800m avec palmes, masque et tuba…  Tous ces exemples démontrent l’aspect physique de la plongée. Tout plongeur consciencieux se doit de constamment parfaire ses connaissances et se maintenir en bonne condition physique, il en va de sa sécurité et celle de son binôme.

Pour conclure, il est évident que la plongée sous-marine est un sport qui peut s’approcher d’une activité physique, surtout lorsqu’elle est pratiquée dans des conditions similaires à celles expérimentées en piscine. Cependant, dans la plupart des cas et particulièrement en eau froide, la plongée sous-marine peut être considérée comme un sport au même titre que l’escalade, le canot … J’aime la plongée, j’aime mon sport!

Mathieu Roger
Écrivez le premier commentaire...
Laisser un commentaire