Drift Away

Ce blog est un blog de souvenir, d'expérience et d’un sentiment de bonheur absolu. Et pour vraiment peindre l'image qui brille de mille feux dans mes souvenirs, j'ai besoin que vous soyez dans la bonne humeur de lecture. Alors asseyez-vous, détendez-vous et laissez-moi vous emmener dans une plongée incroyable. Cela commence par une profonde respiration. Imaginez un océan brillant du bleu le plus profond, scintillant de lumière réfléchie. Sentez le soleil presser sur vous, caressant votre peau avec sa chaleur, vos orteils enfouis dans le sable chaud puis froid, une boisson glacée fruitée à la main. Vous sentez l'ambiance? Super, maintenant commençons.

Le cadre

La plongée la plus relaxante que j'ai jamais vécue dans ma vie a commencé avec un réveil matinale, mangeant des fruits tout en regardant le soleil endormit se lever à l'horizon. J'ai rassemblé tout mon équipement et je me suis dirigé vers la sortie du petit motel où je séjournais pendant mes vacances - murs roses, fenêtres sans verre, palmiers et barbecue pour des soirées d'une détente infinie. Mais cette soirée était encore loin, avec de nombreuses aventures jusque-là. J'ai attendu au bord de la route, regardant la petite navette s'approcher de plus en plus. Assise près de la fenêtre, j'ai laissé le soleil briller sur mon visage alors que j'écoutais à moitié les discussions de mes collègues plongeurs, à moitié la chanson thème récurrente de mes vacances: Drift Away de Dobie Gray. (C’est le bon moment pour l’écouter afin de rentrer encore plus loin dans les profondeurs de mon histoire).

Le trajet en bus a duré de 15 minutes à quelques heures, je ne pourrais vous le dire, il était toujours trop court selon moi. La chanson a été répétée, les plongeurs ont bavardé, le soleil a réchauffé mon visage et la joie grandissante en moi est devenue extatique. La petite navette a survolé la côte des Bahamas et ses petits villages se réveillant lentement pour répondre à l'appel du soleil matinal. Et bien trop vite, bien que jamais assez tôt (le dilemme du plongeur en vacances cool), nous sommes arrivés au centre de plongée, toujours plus que ravis de faire de la plongée.

Le bateau

Le centre de plongée était à peu près devenu comme une deuxième famille à ce moment-là, ayant passé beaucoup d'heures là-bas. J'ai facilement navigué dans le magasin et les quais jusqu'à ce que je retrouve mon bateau. White Bungi. Encore une fois et toujours ce bateau, parce que son équipage était mon préféré. Je pris ma place près de l'arrière du bateau, et installai tout mon équipement. Nous sommes partis quelques minutes plus tard, une fois que tout le monde était monté. La promenade en bateau a été longue, mais j'ai fait la sieste au deuxième étage, réchauffée par le soleil du matin, bercée par le mouvement du bateau, les vagues étant une chanson apaisante. Nous sommes arrivés, avons tout préparé et avons eu le briefing final. Il s'avère que cette plongée allait être une plongée de dérive, accrocher la ligne et descendre le long de celle-ci, sorte de plongée de dérive. Cela m'a un peu stressé, c'était ma première fois! Mais nous avons sauté à l’eau, nous sommes descendus et la plongée est devenue quelque chose de complètement différent pour moi.

La EAC des Bahamas

La plongée en dérive, c’est absolument incroyable. Alors que le courant me balayait et qu'une flottabilité neutre contrôlait ma profondeur, je me sentais comme si je volais, je me sentais sans apesanteur, au-delà du monde présent. Je suis restée à une bonne distance du corail en dessous de moi, nous devons rester responsables même pendant nos heures de bonheur ultime. Et je dérivais et dérivais et dérivais. Sur le dos, sur le ventre, sur le côté, en arrière, en avant, à l'envers. J'ai survolé la dépense incroyable de corail coloré en dessous de moi. Et quand je voulais ralentir, je me laissais simplement enfoncée plus près du corail paisible, parmi les plus petits poissons, qui nageaient dans tous les sens. Je l’avoue, l'euphorie de la plongée en dérive est indescriptible, mais j'ai même réussi à observer un hippocampe, ce qui prouve que ce type de plongée est supérieur à tous les autres. Avez-vous vu Nemo, le film de Disney-Pixar? Quand les tortues surfent sur un courant incroyable sur la côte australienne? Pour votre information, ce courant s’appelle le EAC, et j’ai vraiment eu l’impression de me sentir comme Crush pendant cette plongée. Quoi qu’il en soit, la plongée est restée peu profonde, peut-être 20 mètres, et a duré plus d’une heure. L'eau était chaude, les poissons étaient colorés, le corail vibrant. Le courant était hors de ce monde.

C'était la première plongée de la journée. La deuxième plongée a été une plongée douce à travers d’incroyables formations rocheuses et une petite épave. Le déjeuner était rafraîchissant, copieux et absolument incroyable. Le reste de la journée (et malheureusement mon dernier jour de vacances) a été consacré à une cuisson parfaite au soleil et à la lecture de l'un de mes livres préférés à ce jour. Une journée à retenir.

Conclusion

Deux remarques avant de conclure: 1. Sourire en plongée, ce n’est pas idéal, car l’eau pénétre dans votre masque et votre détendeur vous tire sur les lèvres, 2. Je suis très douée pour nettoyer mon masque à présent, (3. Portez de la crème solaire si vous prévoyez de vous endormir en milieu d'après-midi sous un soleil presque tropical.)

Sur une note plus sérieuse, la plongée en dérive est incroyable. C'est libérant, c'est différent, c'est extrêmement amusant. Et je vous en parle avec un sourire en banane, comme on le disait dans mon enfance. Libérez votre Crush intérieur de Finding Nemo et parcourez le courant aussi loin que vous le pouvez!

Il y a aussi beaucoup de bonnes opportunités de plongée en dérive ici au Canada, en particulier dans le fleuve Saint-Laurent, alors assurez-vous de les essayer (nous avons un autre blog à ce sujet!)!

Donc, comme dirait Crush: «Duuuuuuuuuuuude. Tout d'abord, vous étiez comme, whoa! Et puis nous étions comme, WHOA! Et puis vous étiez comme, whoa.» Ca, c'est la plongée en dérive pour vous. :)

Marie Brier
Écrivez le premier commentaire...
Laisser un commentaire